BIENVENUE SUR REVERSION
Le forum a subi une reconstruction courant 2019 et est fier de vous annoncer son ouverture le 30/01/2020 !
N'hésitez pas à visiter notre forum et ses nombreux sujets, Invité !
Les mages noirs, les marqués sont fermés, les épéistes à éviter.
Nous avons désespérément besoin de boobs de femelles svp ! zero pensez-y lors de votre inscription !

MISSION SOH-MON arrêt de travail

Ecrit le le Lun 9 Mar - 11:43
Divine Voice
Divine Voice
Messages : 268
Featuring : DV by Yui
Fate's Master

arrêt de travail






Près d'une immense porte, un soldat se tient dos à Sôh-mon. Il semble être en pleine réflexion et embêté par quelque chose. C'est donc naturellement que le prêtre itinérant s'approche de lui afin d'alléger son fardeau. Le soldat le juge quelques instants, avant de lui faire part de son problème.

"Nous avons énormément de travail pour terminer l'académie de Calion, mais beaucoup de notre personnel est devenu fainéant avec les examens d'entrée. Ils n'ont plus la même motivation qu'au début, comme si ça ne leur importait plus de finir la rénovation ... J'ai besoin de quelqu'un pour les motiver et je pense que vous serez la personne de la situation. Trouvez mes employés et donnez leur un bon coup de pied dans les fesses. Pas littéralement bien sûr. Assurez-vous qu'ils se souviennent pour qui on travaille et pourquoi nous bâtissons sur cet ancien Fort, cela pourrait leur redonner de l'inspiration, qui sait. Sinon, j'imagine qu'un coup de pied dans les fesses ne leur ferait peut-être pas tant de mal que ça. Si vous acceptez de m'aider, je vous récompenserai en retour."




Rappel des règles : minimum 1000 mots par poste, une semaine de délai après la réponse de Divine Voice sur le sujet.

Halloween
MISSION SOH-MON arrêt de travail NjTbuOEMISSION SOH-MON arrêt de travail 8Y1xuul

MISSION SOH-MON arrêt de travail

Ecrit le le Dim 15 Mar - 13:06
Sôh-Mon Dod'Ousse
Sôh-Mon Dod'Ousse
Messages : 324
Featuring : Solomon (Magi)
Classe Astra

arrêt de travail





2ème jour de la Lune du Tatou Ardent en l’an 1049 | Frontière entre Uxy et Nael, Académie de Calion,Préau



« Les examens d'entrée continuent encore aujourd'hui... Je me demande combien de temps ça va durer...! J'ai tellement hâte de pouvoir commencer les cours ! Et de rencontrer des camarades... Héhé~ »

Il n'en revenait pas encore d'avoir pu remplir son objectif. Tout ça s'apparentait à un rêve. Il avait réussi à arriver à temps pour les examens d'entrée à l'Académie Uxynaelite, et il avait même pu en obtenir le droit d'entrée ! Il était maintenant un étudiant, et dans un futur proche, il allait recevoir les enseignements qu'il avait toujours rêvé de recevoir. Auprès de professeurs de sa contrée, comme de celle de Nael.

« J'espère que Père ne serait pas trop déçu de me voir ici... »

Il savait que son père était un prêtre avec une grande ouverture d'esprit, qu'il était bon et généreux... Mais Tharas était sa famille, et... Sôh-Mon leur avait tourné le dos. Il n'était pas le chef du village de Tharas, mais le prêtre principal, ce qui restait un rôle de la plus haute importance pour cette petite bourgade fortement religieuse.
Tout en se perdant dans ses pensées, ses chaussures à la main, il laissa l'herbe fouler la plante de ses pieds. Le préau était un lieu agréable qui lui faisait un peu penser à son village... Verdoyant, accueillant...
Souriant malgré tout à ces souvenirs heureux, le petit prêtre bailla à s'en décrocher la mâchoire. Il était encore un peu fatigué...


Un peu plus tôt, il y a une heure, dans l'aile dédiée aux étudiants, et plus particulièrement du côté des chambres.


Une masse d'un bleu harmonieux aux reflets turquoise se mélangeait aux draps blanc, à chaque mouvement du propriétaire des mèches colorées.

« Mmh... »

Des bruits lointains venant sans aucun doute de l'arène le dérangeait depuis quelques heures maintenant, mais plus les heures défilaient et plus son sommeil se faisait léger. Finalement motivé à se réveiller, il entrouvrit un oeil ensommeillé, puis un deuxième, et bailla doucement. À travers la grande fenêtre de sa chambre, il pouvait voir que le soleil se trouvait déjà haut dans le ciel, indiquant que la journée était déjà entamée de moitié, au minimum. Quand personne ne venait le réveiller, le petit Saumon était capable de dormir presque indéfiniment. Alors se réveiller aux alentours de 12h revenait à se réveiller tôt, pour lui. Pas aussi tôt que lorsqu'il était prêtre mais tout de même.
Il se leva paresseusement de son lit qu'il trouvait terriblement confortable, sans doute parce qu'il avait pour habitude de dormir dehors, ou dans des auberges peu portées sur le confort... Il se dirigea vers le miroir pour s'observer, nu comme un ver, il voyait tous les défauts de son corps. Il était musclé, mais peut-être pas assez des bras pour pouvoir correctement manier sa lance.

«Ahh... »

Après sa petite inspection, il alla se décrasser, toujours heureux de pouvoir patauger dans l'eau.


De nouveau dans le préau de l'Académie


Il entendait encore les examens battre leur plein malgré les mètres le séparant de l'arène, mais il ne tenta pas de retrouver son chemin pour observer ses futurs camarades de classe à l'oeuvre. Non... Sa curiosité avait été piquée par un soldat assit sur un banc en pierre, son casque dans une de ses mains, le dos rond. Il ne cessait de soupirer, tout en fronçant ses épais sourcils. Il n'était plus tout jeune et semblait tristement fatigué.
Peut-être avait-il besoin d'aide ? C'est ce que pensa Sôh-Mon tout en s'approchant de lui et en lui adressant directement la parole.

«Besoin d'aide m'sieur le soldat ?
- Que... Tu pourrais parler plus poliment petit !... Ahh... »

Habitué à ce qu'on le reprenne sur sa nouvelle manière de parler, Sôh-Mon l'ignora totalement pour se concentrer sur ce que l'homme dégageait. Quelque chose l'embêtait, et même si le petit poisson ne le connaissait pas, il se sentait d'ores et déjà concerné. Par ses couleurs, le soldat était naturellement Naelite, mais ça ne l'empêchait pas d'être un frère. C'est ce qu'il était à ses yeux. Les Naelites et Uxyiens possèdent tous la même mère, et le même père, quoi que chacun pouvaient en dire.
Lorsque le soldat lui exposa son problème, le Saumon de Tharas senti son coeur se serrer encore plus. Ainsi, certains se permettaient de reléguer la paix entre Uxy et Nael au second rang ! Il n'était qu'un petit prêtre itinérant, il n'avait jamais connu la guerre... Et pourtant, ça lui paraissait vital que l'Académie soit complètement reconstruite, afin de devenir un symbole solide sur lequel les deux nations pourraient se reposer. C'était tout ce qu'il avait toujours voulu, que ceux de son peuple retrouvent ceux de l'autre côté de la frontière. Il était sûr que chacun avait beaucoup à apprendre.
Déjà bien motivé et débordant de passion, il joignit ses mains comme pour faire une prière et baissa son visage, laissant ses pensées dériver quelques instants auprès de Kila et Soma.

« Je vous promets d'aller remotiver vos troupes ! Si je n'y arrive pas, je ne mériterai même pas de fouler le sol de Calion en tant qu'étudiant. »

Solennel malgré sa taille de crevette, il tourna les talons pour tenter de trouver les personnes posant problème. Il ne portait pas encore son uniforme, car les cours étaient loin de commencer, surtout si Calion restait à moitié en construction...
Apercevant une jeune femme en train de lire plusieurs documents tout en regardant le chantier par intermittence, Sôh-Mon en déduisit qu'il s'agissait d'une jeune femme soldat qui n'avait pas tourné le dos à l'Académie. Souriant, il trottina pour aller la saluer chaleureusement, même si sa timidité envers la gente féminine n'était pas partie.

« S-salut ! Euh... J'ai parlé à votre supérieur, et il m'a expliqué votre... Votre problè-
- PARFAIT ! Tu es PARFAIT ! »


Interloqué, et un peu assommé par les cris de la jeune femme, il cligna plusieurs fois des yeux. Ah... Cette femme avait un faux air à... à une vielle femme qu'il avait rencontré quelques lunes auparavant dans une auberge à la frontière de Ama et Snowllia. Elle ne lui ressemblait pas vraiment car... Lui ressembler semblait impossible en étant en bonne santé, mais elle possédait un regard un peu similaire. Balayant ce souvenir à la fois agréable et désagréable de son esprit, il rouvrit ses esgourdes pour pouvoir écouter la jeune femme.

« [...] Et moi je ne suis pas assez belle aux yeux de monsieur tu vois ! Alors tu me comprends ? Bon, évidemment, va falloir te changer, même si on doute de ton identité sexuelle,  on voit bien que c'est pas une poitrine qu'il y a sous ton haut léger ! Et je crois pas qu'il soit de ce bord là si tu veux mon avis. Bon... ça te tente ? Tu te change et je t'emmène à lui ? Il écoute toujours mieux quand il y a une poitrine et un joli visage dans la même pièce ! Moi j'ai que 1 sur 2 pour lui ! »

Comprenant plus ou moins ce qu'elle lui demandait, Sôh-Mon hocha mollement de la tête, et à la seconde où il le fit, la jeune femme l'emmena dans ce qui semblait être un vestiaire de soldat, pour femme bien évidemment.

« À cette heure ils sont tous en train de prendre leur pause... 'Fin ils font que ça ces feignasses...  Mais bouge toi les miches quand même ! Faudrait pas qu'on trouve un service trois pièces ici ! »

Rougissant, car un peu choqué de devoir se dévêtir devant une jeune femme sans doute plus vieille que lui, il se déshabillant en tremblotant, prenant le plus de temps possible pour se découvrir. Ce qui agaça la plus vieille, à tel point qu'elle... Se chargea pour lui de lui retirer le tissus restant, et de le couvrir de ce qu'elle avait repéré pour lui.

«  YAAH !!
- [...]
- ... Et voilà... On va couvrir un peu le haut pour cacher tes pectoraux... Comme ça... Ah ! Maintenant t'es mignonne comme tout ! Si avec ça il veut pas reprendre le travail...Bon, il a rien contre les limandes dans ton genre, ça devrait bien se passer ! »


Le seul point positif à ce qu'il venait de vivre... C'était que même sans connaître son nom... Elle lui avait donné un surnom de poisson...?
Il n'aimait pas qu'on le force à faire des choses qu'il ne voulait pas faire... Mais... Dans ce cas-ci, elle l'aidait pour réussir sa mission et permettre à Calion de briller comme elle le devait... Alors...

« O-oui... »

En passant devant une fenêtre, il vit son reflet, et il ne pu s'empêcher de penser que... Heureusement pour cette mission, il n'avait pas les bras assez musclé. Le destin ?
La jeune Maria -elle avait fini par se présenter sans lui laisser le temps d'en faire de même- l'emmena sans plus tarder du côté de la taverne de fortune, située non loin du chantier. Elle l'avait très rapidement briefé sur ce qu'il devait savoir. Raïmon, celui qui avait poussé tout le monde à ne plus rien faire, était en quelques sortes, le véritable chef. Il n'avait pas le statut, mais tout le monde l'aimait bien. Et il disait tout haut ce que ses camarades pensaient tout bas. Si Saumon arrivait à le convaincre, il n'aurait plus aucune difficulté à pousser les autres à se ressaisir.  évidemment, le petit prêtre ne pensa pas une seconde à séduire l'homme en question. Il pensait tout naturellement que le plan de Maria était de lui faire entendre raison sous l'apparence d'une personne qu'il serait plus à même d'écouter. Naïf.

« Hey Raï ! Regarde qui j'amène là ? Hé les gars, ramenez un peu d'eau pour la demoiselle, on meurt de chaud ! »

Rouge comme un joli coquelicot, Sôh-Mon réussit enfin à quitter la poigne de la jeune femme pour observer autour de lui. Les soldats portaient leur armure n'importe comment et semblaient plus intéressés à parler entre eux que de travailler. Et... Le fameux Raïmon le fixa intensément du regard, comme s'il l'invitait à se présenter. Oubliant complètement son déguisement, le petit Saumon s'approcha de lui.

« Salut, je m'appelle Sôh... euh... Sôh. Et je viens pour vous parler, c'est très important !
- Oooh Raï il a une touche~
-Raï chanceux va ! »


N'écoutant pas un traître mot de ce que pouvaient bien déblatérer les autres soldats, le regard du petit prêtre était animé par une seule chose : La passion. Il avait juré de rétablir l'ordre et il comptait bien tenir sa promesse !

La tenue de notre petite Sôh avec un tissus couvrant son décoleté absent:
MISSION SOH-MON arrêt de travail Qfel

Halloween
MISSION SOH-MON arrêt de travail NjTbuOEMISSION SOH-MON arrêt de travail 8Y1xuul

MISSION SOH-MON arrêt de travail

Ecrit le le Lun 13 Avr - 18:38
Sôh-Mon Dod'Ousse
Sôh-Mon Dod'Ousse
Messages : 324
Featuring : Solomon (Magi)
Classe Astra

arrêt de travail





Bien. Ton plan fonctionnait plutôt bien. Ta couverture n’était pas compromise. Mais… N’était-ce pas un peu trop… réaliste ? Tu t’étais vaguement posé la question en croisant des regards qui n’avaient rien à voir avec ceux que tu croisais habituellement. Ils semblaient… Beaucoup plus… Gentils ? Et bienveillants ? Tu devais paraître bien plus frêle ainsi ! Et tant mieux. Ça te mettait mal à l’aise de devoir mentir éhontément à toutes ces personnes, mais… C’était pour une cause noble, tu en étais convaincu !
Tu ne te sentais pas le moins du monde gêné en tenue légère et féminine… Rien de plus normal, étant donné que depuis quelques lunes maintenant, tu avais troqué ton kimono de curé contre des habits plus… passe partout et… Mixtes. Ou tout du moins, tu les considérais comme mixtes.

« Oh… Mais parlez charmante Sôh… Et ne prêtez pas attention à ces rustres débordant d’alcool !
-Comme si qu’tu buvais jamais non p’us !
-Hahaha ! Quand y’a une paire de n****ds dans les parages ! Il se transfoorme !
-Ouais et attends, la dernière fois […] !! »


Il ne fallait pas que tu perdes ta concentration ! Tu ne comprenais pas vraiment les échanges qui volaient au-dessus de toi, mais tout ça avait l’air… Relativement amusant ? Si tu en jugeais l’état de profonde hilarité des soldats enivrés par l’alcool. Mais ça n’avait pas d’importance.
Tu te rapprochas du dénommé Raï, en le regardant droit dans les yeux. Pensant pouvoir au mieux lui faire passer toute ta détermination, même s’il n’en était…rien. D’un point de vue extérieur, n’importe qui pensait plutôt qu’il s’agissait là de prémisse d’une histoire… Amoureuse ? Charnelle ? Ou peut importait.

Ton regard vairon détailla légèrement l’homme d’un âge plutôt mûr, et malgré quelques cicatrices au niveau de son visage, tu notas qu’il devait être très apprécié de la gente féminine. Bien, ton intervention n’en serait que plus crédible à ses yeux.

« Je !!... Je suis venue pour vous expliquer quelque chose ! Et c’est de la plus haute importance m’sieur Raï… »

Tout en t’exprimant et en faisant des gestes des bras, tu pesas le pour et le contre. Tu t’apprêtais à… Tout révéler. Ta mission que t’avais donné le soldat, ton engouement pour Calion, pour l’union d’Uxy et Nael… Mais… en y réfléchissant bien, Maria -qui sirotait sagement tout en feintant de s’amuser, et qui te surveillait en réalité- t’avais bien expliqué que Raï avait un gros différent avec son supérieur, et encore plus avec ce projet. Pour lui, il ne s’agissait que d’un geste politique en vue d’une autre guerre prochaine...

« … !!! »

En tendant ton oreille à l’ouïe aiguisée, tu réussis à attraper au vol quelques exclamations qui t’aidèrent à te décider en quelques micro-secondes. Des plaintes, des avis négatifs…
Ainsi, au lieu de déballer tout ton plan, tu fis le choix ardu de… Mentir. Et en connaissance de cause : Tu étais un piètre, piètre menteur.

« Je… Voulais…Gloups. Te… V-vous… Euh… Ha… Haha… H-hum. »

RAAH !! Encore cette INCAPACITE à pouvoir déblatérer un mensonge convaincant ! Quand tu n’y croyais pas, tu avais cette impression que personne n’y croirait, et pire... Que sur ton front était inscrit en rouge « MENTEUR ». Ou menteuse pour l’occasion. Oui, te travestir ne te dérangeais pas plus que ça, ça ne te changeait pas de ton quotidien, alors sans aucun doute que ton cerveau ne le vivait pas comme un mensonge.
Tu te maudis pour cette faiblesse, tu t’insultas… La panique montait de plus en plus. Tordant tes doigts, et tentant de réfréner tes rougissements intempestifs, tu n’arrivais plus à croiser le regard de quiconque, et plus les secondes défilaient, plus ceux qui t’observais encore commençait à croire dur comme fer que tu t’étais épris du soldat. Enfin, tous sauf une, Maria se faisait plutôt la réflexion qu’elle avait eu la chance de
tomber sur un très bon comédien. Si seulement elle savait…

« Je pense VOUS AVOIR DEJA CROISE… Auparavant… Peut…être ? »

Hahaha… Voilà, ta mission était officiellement… fichue. Il allait forcément deviner que tu étais un homme, et surtout, que tu ne voulais qu’une chose, qu’il reprenne le travail, et utilise son rôle de chef de rébellion pour motiver tout le monde à retourner à ses tâches ! C’était égoïste, mais si Uxy et Nael se réunissaient, sa vie à lui aussi n’en serait que sûrement meilleure !

« … Je ne pense pas. »

Tu n’entendais plus personnes autour de toi, trop embrumé par le stress, et tes yeux ne pouvaient pas t’être d’une plus grande aide… Tu venais de les fermer sous l’immense pression. Sentant ton cœur battre de plus en plus fort, tu plaças l’une de tes mains à son emplacement, tout en réfléchissant à toute vitesse. Il avait compris. Tu étais grillé.

« …Je me souviendrais si j’avais croisé une aussi charmante demoiselle. »



. . . . . .

Quoi ? Tu rouvris tes paupières, et regarda curieusement l’homme qui quittait sa chaise pour se rapprocher légèrement de toi.
S’il croyait toujours à ton identité de Sôh -et ça avait l’air d’être le cas-, tu pourrais peut-être essayer de sauver la mission en faisant ce que tu savais faire de mieux…
Un peu plus rassuré, tu serras tes poings doucement, et rendit un regard plus sûr de soi à Raï, tandis qu’il t’en offrait un bien plus… Mielleux ?

« Il faut que je vous dise… J’ai…menti. »

À cet instant, l’une des seules femmes de la pièce s’étouffa dans avec sa boisson dans le brouhaha général de la taverne de fortune, se recrachant la mixture fruitée sur son armure par les narines et la bouche. Maria -car il s’agissait bien d’elle- te lança un regard plein de fureur, et sans appel. Elle pensait que tout allait tomber à l’eau !... Peut-être. Mais tu n’arriveras à rien par le mensonge, chose qu’elle ne pouvait pas savoir.

« Je ne te connais pas et… Si je viens te parler, c’est que j’aimerai que tu reprennes le travail et-
-HAHA ! »


Tu ne le vis pas, mais l’homme en face de toi se raidit très légèrement. Son sourire étincelant ne changea pas d’un pouce, il balaya tes dires d’une main comme s’il venait de sentir une mauvaise odeur, et attrapa par la suite l’une de tes mains des siennes. Ah…
Tu le trouvais trop près, ton espace vital te le hurlait, mais… S’il fallait accepter qu’il touche tes mains pour le convaincre… ça valait le coup !

« Ooh… Tu as de l’audace et j’aime ça ! J’ai bien compris que tu voulais passer plus de temps pour me parler ? Mais vois-tu, je suis en réalité occupé… Dès demain tu pourras venir à mes côtés pour m’accompagner dans mes déplacements à l’Académie… Pour le travail bien entendu !
-Ah… ça ne te gêne pas ? »


Crédule, Sôh-mon pencha son visage légèrement sur le côté, imageant clairement son incompréhension. C’était aussi simple que cela ?... Tu allais pouvoir lui parler le lendemain matin, au calme ? E tranquillement pouvoir le convaincre ? C’était aussi simple que ça ?

Du côté du soldat Raï, il pensait avoir été plutôt clair, bien que délicat. Il n’avait pas du tout l’air occupé, et c’était voulu. Il voulait que la demoiselle comprenne qu’il n’avait pas réellement apprécié sa petite pique. Il ne la croyait pas, car son chef n’était pas du genre à confier une mission à une si jeune et inoffensive personne… Et puis elle avait l’air si éprise ! À tous les coups -et il en était certain, il pratiquait cette technique d’intimidation depuis des années maintenant- la jeune fille allait faire demi-tour, pour ne plus jamais remontrer le bout de son nez.

« Pas du tout ! Tu pourras me retrouver au préau demain matin~ Nous serions ainsi tous deux en bonne compagnie…»

… Dommage, il te trouvait pourtant à son goût, mais il n’aimait pas que l’on se moque de lui, en particulier quand il était question de son métier de soldat. Il se passerait donc de ta compagnie.

« Maintenant… buvons !! »


La tenue de notre petite Sôh avec un tissus couvrant son décoleté absent:
MISSION SOH-MON arrêt de travail Qfel

Halloween
MISSION SOH-MON arrêt de travail NjTbuOEMISSION SOH-MON arrêt de travail 8Y1xuul


_________________

MISSION SOH-MON arrêt de travail 83wn

MISSION SOH-MON arrêt de travail

Ecrit le le Lun 13 Avr - 18:38
Divine Voice
Divine Voice
Messages : 268
Featuring : DV by Yui
Fate's Master
Le membre 'Sôh-Mon Dod'Ousse' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Dé d'objets' :
MISSION SOH-MON arrêt de travail Gjje

MISSION SOH-MON arrêt de travail

Ecrit le le Mer 29 Avr - 23:59
Sôh-Mon Dod'Ousse
Sôh-Mon Dod'Ousse
Messages : 324
Featuring : Solomon (Magi)
Classe Astra

arrêt de travail





« Maintenant… buvons !! »

[…]

Oh oui, vous aviez bien bu… Cela dit, tu avais tout fait pour esquiver chaque pinte d’alcool que l’on te proposait, ton organisme ne gérait pas bien cette substance.
Maria, celle qui t’avais permis de trouver Raïmon, et d’adopter la meilleure approche possible, semblait avoir totalement disparue de la circulation (tu appris plus tard qu’elle ne pouvait pas t’accompagner trop longtemps et se devait de retourner à son poste), t’empêchant ainsi de te raccrocher à sa présence pour te sortir de ce mauvais pas. Si tu buvais, tu risquais fortement de t’endormir en plein milieu de ta mission !



Malgré tes efforts, pour cacher le fait que tu ne te désaltérais qu’avec des jus de fruits, quelqu’un te força à boire la moitié d’une pinte de… Tu ne savais même plus quoi. Tout ce que tu pouvais dire, c’est que ta gorge t’avait brûlée un long moment, et que maintenant, tu étais mort de fatigue, avec en prime, une fiole de… Gouttes pour les yeux dans tes poches ?

Mis à part cet incident malheureux, où tu avais fait une entorse à ton régime alimentaire, l’après-midi c’était bien passé. Tu avais pu discuter, et surtout écouter les soldats présents. Raï n’avait pas été très bavard avec toi, mais tu ne lui en tenais pas rigueur. Tu aurais tout le temps le lendemain de discuter avec lui au calme !
Les sujets qui étaient souvent revenus étaient… Les nobles en général, la guerre… En somme les inégalités sociales, et ce qui semblait être des injustices. Tu ne pouvais qu’essayer de comprendre, mais malgré tout, de ce que te disait ton père, la Guerre Civile avait été quelque chose de terrible.
Au sortir de cette immersion, tu te senti coupable d’avoir voulu aller au-delà de leur propre volonté sans prendre leur sentiment en compte.

Après cela, et après avoir récupéré ta tenue dans les vestiaires, et rejoint ta chambre d’étudiant, tu pris un peu de temps pour réfléchir à tout ça. Le point de vue des soldats… Le point de vue du supérieur… Et celui des élèves !

Ainsi, tu passas … toute ta nuit à désaouler et à réfléchir, encore et encore. Calion était un symbole de paix… Tu ne t’y connaissais pas bien en politique, seule la religion t’importais jusqu’à maintenant… Mais tu étais sûr que si cette ancienne forteresse avait été transformée, c’était pour le bien d’Uxy et de Nael. La connaissance était la meilleure des alternatives aux incompréhensions de chacun ! Et les tensions venaient bien des incompréhensions. Si les soldats pouvaient comprendre que le but de tout cela, c’était que Uxy en apprenne plus sur Nael, et vice-versa… Et surtout, d’éviter d’autres guerre… Qu’il s’agissait d’un but totalement pacifique !

« Si seulement… »

Et avant que tu ne t’en rendes compte, l’aube pointa le bout de son nez. Ta fenêtre donnait directement sur la grande forêt verdoyante de Ama, celle-là même que tu avais dû traverser pour trouver Calion avant ton examen d’entrée. Enfin… Tu ne l’avais pas cherché seul, ou bien, tu y seras encore, à n’en pas douter.
Après avoir observé cet océan de verdure, tu réalisas la même routine que la veille, à la différence près, que tu te levas plus tôt.
Tu aimais dormir de longues heures durant, mais Raï et ses compagnons soldats t’empêchaient réellement de profiter de ton repos. Alors autant y retourner !
Un bain d’eau tiède -presque froide- plus tard, et tu renfilas ton costume de Sôh.

« À nous deux !! »

Encore plus motivé que la veille, tu te rendis précisément à l’endroit que le soldat t’avait indiqué … Le Préau.


Préau de l'Académie


Arrivé en premier, tu pu te permettre de te poser sur un banc en pierre et observer à tes pieds les nombreuses fleurs qui finissaient par pousser. Tu restas là peut-être une heure, avant d’entendre des bruits de pas.

« Ah ! »

Sortant de tes pensées, un grand sourire dévora tes lèvres lorsque tu reconnu celui que tu avais rencontré la veille. Celui-ci venait sans doute de se lever à la vue de son regard encore un peu endormi. Mais peu importe ! Tu t’empressas d’aller le rejoindre, une main devant tes yeux pour pouvoir te protéger du soleil éblouissant et tes longues mèches bleutées sans aucun ruban pour les retenir.

« M’sieur Raï ! Je vous attendais ! J’ai décidé de vous aider aujourd’hui ! La rentrée n’est pas encore pour tout de suite alors… J’aimerai vous faire passer mes sentiments du mieux possible ! »

Oh. Tu ne t’exprimais pas bien, car évidemment, tu parlais de tes sentiments vis-à-vis de Calion, de l’enseignement, et d’une compréhension commune ! Pas d’une déclaration d’amour. Tout était clair dans ta tête, et… beaucoup moins dans celle de l’homme en face de toi, qui croyait avoir affaire à une jeune femme éprise de sa personne.
Alors, dire qu’il avait été surpris de te voir revenir, après t’avoir dit de manière détournée la veille qu’il ne voulait plus te revoir… C’était un doux euphémisme. Mais d’un autre côté, que tu braves les interdits, pour te déclarer à lui était attirant à ses yeux. La fougue de la jeunesse… Son charme fou avait encore fait une victime, voilà tout !

À ce moment-là, si vous ne vous compreniez pas sur le sujet principal, il était indéniable que tu étais sincère sur ce que tu voulais lui dire, et il l’avait bien compris. Quand bien même, le malentendu quant à tes sentiments demeurait, Raïmon s’aperçu que tu voulait réellement le voir reprendre le travail, et pousser ses compagnons à en faire de même.

« Sache cependant que, malgré ton joli minois, tu ne me feras pas changer d’avis sur la question. Tu n’en as pas vécu, mais la guerre, Sôh, c’est quelque chose qui change un homme. Et pour quoi ? En voyant le monde d’aujourd’hui, je me pose bien la question. »

Il restait persuadé que comme il y a plusieurs années, les soldats n’étaient que des pions avancés sur l’échiquier dangereux de la politique. Pourquoi Calion serait un projet différent ? Il était fatigué. Et s’il pouvait montrer son mécontentement sans trop prendre de risque, il prenait, même s’il ne s’agissait que d’empêcher des gamins de se promener dans une école toute neuve.
Reprenant un peu du poil de la bête, il frappa son propre torse d’une frappe virile. Malgré tout, il ne pouvait pas s’empêcher de se sentir attendrit par la passion que dégageait son… pot de colle personnel.

« Je te permets de me suivre si le cœur t’en dis ! Mais je n’irai pas moins vite pour autant ! »

Un air fier collé au visage, c’est ainsi que Raïmon accepta de se faire suivre plusieurs jours durant, un peu partout par une jeune fille dévouée, curieuse et… Passionnée.



La tenue de notre petite Sôh avec un tissus couvrant son décoleté absent:
MISSION SOH-MON arrêt de travail Qfel

Halloween
MISSION SOH-MON arrêt de travail NjTbuOEMISSION SOH-MON arrêt de travail 8Y1xuul


Dernière édition par Sôh-Mon Dod'Ousse le Mer 13 Mai - 15:13, édité 1 fois


_________________

MISSION SOH-MON arrêt de travail 83wn

MISSION SOH-MON arrêt de travail

Ecrit le le Mer 29 Avr - 23:59
Divine Voice
Divine Voice
Messages : 268
Featuring : DV by Yui
Fate's Master
Le membre 'Sôh-Mon Dod'Ousse' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Dé d'objets' :
MISSION SOH-MON arrêt de travail Most

MISSION SOH-MON arrêt de travail

Ecrit le le Mer 13 Mai - 15:31
Sôh-Mon Dod'Ousse
Sôh-Mon Dod'Ousse
Messages : 324
Featuring : Solomon (Magi)
Classe Astra

arrêt de travail





Depuis ce jour où Raïmon t’autorisa à le suivre un peu partout dans Calion et ses alentours, tu en appris plus sur ce soldat, sur ses compagnons, et sur la vie qu’il menait en ces temps de paix, comme il aimait le préciser.
Un matin, alors que tu quittais une espèce de rassemblement au sein de la taverne dans laquelle tu avais fais connaissance avec Raï, tu t’interrogeas à voix haute. Ton ami soldat avait décidé de s’éloigner un peu pour tranquillement fainéantiser dans un coin de l’ancien Fort et comme il te l’avait autorisé… Tu le suivais.

« Je me demande… Pourquoi personne n’a réellement déserté… »

Interloqué face à cette confrontation de la jeune fille, Raïmon stoppa sa montée des escaliers en colimaçon et baissa son regard éberlué pour pouvoir croiser le regard de son pot de colle bleu.

« … Qu’est-ce que…
-Je ne vous demande pas de le faire bien sûr ! Mais je ne comprends pas… Vous êtes contre beaucoup de choses, mais malgré tout, vous restez à Calion, vous vous levez tous les jours, vous mettez vos armures… »


Raïmon soupira profondément, puis attrapa ta main, afin de te mener dans le coin qu’il avait repéré. Exposé au soleil agréablement chaud de la région de Cheldis, ainsi qu’une légère brise rafraichissante venant tout droit de Ama. Enfin… ça tu ne le senti pas tout de suite. Projeté un peu durement contre l’un des murs de l’Académie, tu te fis rapidement coincer par le corps -beaucoup plus imposant que le tien- de ton ami. Ses traits étaient marqués par la colère, mais pour autant, tu ne ressenti aucune peur face à la situation. Tu l’avais apparemment provoqué… Ce n’était pas voulu, mais peut-être qu’une bonne chose ressortirait de cette conversation ?

« NE PARLES PAS DE DESERTION ! Ne… Ne parles PAS de ce que tu ne connais pas ! »

Loin de te sentir en danger, tu ne cherchas pas à bouger d’un pouce, et leva ton visage à cause de la différence de taille. Tu ne savais pas que ce mot en particulier ferait mouche de manière aussi douloureuse. Sans doute avait-il vécu des choses difficiles… À cette époque que seul son père et quelques villageois de Tharas avaient connu.

« Excuse-moi. Je… ne voulais pas te blesser… Ni vous insulter. Mais je pense que si vous êtes toujours à Calion, à vous lever chaque matin… à porter vos armures ! C’est bien que dans vos cœurs, vous voulez un changement ! »

Tes mots avaient fait mouche et ce n’était pas pour plaire au soldat. Il n’aimait pas que l’on lise en lui comme dans un livre ouvert. Et jamais tu n’aurais cette prétention, mais tu voyais que ses rêves n’étaient pas si éloignés des tiens. Tu voulais que chacun puisse avoir la paix…

« Je ne suis pas né assez loin dans l’histoire d’Uxy et Nael pour connaître toutes ces guerres, tout ces conflits… Je veux en apprendre plus, pour que nous ne retombions pas dans les mêmes erreurs que celles du passé ! Cette Académie est une bien meilleure idée que de simplement signer un traité de paix ! Nous allons recevoir l’histoire et les enseignements des deux pays, et tous les étudiants seront mélangés peu importe nos nationalités ! Vous tous, vous n’en avez pas eu la chance, mais ce n’est pas grave, ce n’est que le début ! »

Oui, tu avais entendu parler de la semi ouverture des frontières… Vraiment, le monde était en train de changer, et en bien, tu en étais certain. Tu n’étais pas capable de lire l’avenir, mais de toute l’histoire d’Uxy et de Nael, il était évident qu’une Académie inter-nation était une grande nouveauté.

« Alors… C’est pour cette raison que je pense que vous devriez reprendre le travail ! Vous refusez en pensant que ce projet va droit dans le mur… Mais si c’était le tournant de notre histoire ? Si c’était ce qu’il nous fallait pour pouvoir enfin obtenir une relation réellement amicale avec Nael ? »

Tu étais naïf, mais jusqu’à un certain point… Quel que soit l’endroit où tu allais en Uxy, tu entendais toujours des commentaires négatifs sur les Naelites… Tu n’en avais jamais vu ni rencontré, mais… étaient-ils si différents de toi ? De vous, Uxyiens ? Non. Ils devaient eux-aussi avoir des familles à aimer, des contrées à protéger…
En apprendre plus sur eux, et auprès d’eux, ça ne pourrait qu’aider la situation… !

« … Quel entêté tu fais… »

À croire que ton petit discours avait eu un certain effet… ? Le soldat -visiblement toujours contrarié- se recula légèrement, baissant les bras qu’il avait levé pour pouvoir t’empêcher toute fuite. Il les croisa ensuite sur sa poitrine, protégée par une armure qu’il semblait continuer à entretenir. Il ne rajouta rien… Et tu le pris pour une invitation à poursuivre.

« Dans ces murs, on va apprendre à vivre ensemble ! Nael apprendra du Dragon Kila, et nous, Uxyiens, on va pouvoir en apprendre plus sur le Dragon Soma ! Et au bout de toutes ces lunes passées ensemble, il y aura forcément une évolution ! Alors… Laisse-moi une chance de pouvoir te prouver que je ne suis pas un pion du Royaume, ou de l’Empire. Personne ne peut décemment vouloir mort et destruction sans aucune raison… Lorsque j’aurai fini mes études en ces murs, je te promets que je ferais tout mon possible pour empêcher d’autres évènements dramatiques !! »

Tu étais sincère dans tes propos… À l’avenir, tu essayeras, vraiment. Mais peut-être pas de la manière à laquelle tu pensais aujourd’hui.
Convaincu, le soldat fit trois pas en arrière, rejeta son visage en arrière pour lâcher un juron que tu ne compris pas… Heureusement pour toi, ou même tes oreilles auraient rougies de gêne.

« Comme je te l’ai dit la dernière fois, je suis fatigué petite Soh. Et tes parents ne se sont pas trompés en te nommant, petite sotte. Tu es si naïve… Où as-tu grandi pour pouvoir tenir un discours aussi empreint de pacifisme ?... Je ne crois pas à une vie sans violence… mais… Le changement ? ... »

Il souffla brusquement, et alla s’asseoir non loin d’une rambarde, accompagné du cliquetis habituel de son armure.

« Peut-être bien. Nous autres, vétérans, nous avons tendance à ne plus croire en rien, si ce n’est en une paix qui ne durera pas. On prie Kila pour que, si une autre guerre venait à éclater, qu’elle ne touche ni nos enfants, ni nos petits-enfants… Ni nos amis… Ni nos parents. On espère aussi ne plus en revivre une. »

Raïmon n’était pas dupe, même s’il aimait se donner un rôle de casanova plus au fait des nombreuses techniques de drague, plutôt que de la politique. La paix était bien installée… Mais c’était justement dans ces moments-là que tout dérapait…

« Alors, passer d’une paix fragile, à une paix assurée par la volonté de tous les peuples… ça me paraît bien utopique… Mais si tous les jeunes partent d’une intention aussi pure que la tienne… Pourquoi pas. »

À quoi servait il de lutter ? Il t’avait admis à ses côtés, t’avais permis de voir, d’entendre comme si tu faisais parti des leur. C’était devenu le cas sans qu’il ne s’en rende compte. Les soldats s’étaient prit d’affection pour toi, ils te taquinaient… Alors même si sa conscience lui criait que ce n’était qu’une idylle d’adolescent, son cœur lui murmurait que… La passion et la jeunesse avaient ce que l’aigreur et la fatigue de la vieillesse n’avaient plus.

« Tu as gagné petite Soh ! Je parlerai demain matin aux autres en ta faveur -et la faveur de son supérieur- mais en échange d’un… Tout petit service.
-Oh… Bien sûr ! »


Le bleu de tes yeux scintillait tant tu étais heureux. Le cœur léger, tu pris place aux côtés de ton ami sans jamais le quitter du regard. Non seulement tu avais pu aider cet homme qui t’avais demandé de l’aide, tu avais aidé Maria… Mais tu étais aussi convaincu que tu étais venu en aide à ces soldats. Le prince héritier de l’Empire de Nael était après tout l’instigateur de tout ceci… C’était bien une preuve de la bonne foi de ce peuple… Non ?

« Au fait ! Tiens ! »

Perdu dans tes pensées, tu sursautas et attrapa au vol… Une… Bourse ? Haussant tes deux sourcils, tu fixas ton aîné en penchant son visage sur le côté.

« Tu… Tu fais quoi ? »

Tu ne pouvais que deviner ce dont il s’agissait, au vu du poids et du son qu’émettait le petit sac en cuir… Boeurk. Cette matière te faisait toujours autant horreur.

« C’est évident ! Je te paie pour… Le coup de main de demain ! Oh et puis… Je t’avoue que cette histoire me pesait assez. C’est… Aussi une manière de te remercier. »

Si tu t’étais écouté, tu aurais refusé ce cadeau… Tu n’en méritais pas tant !... D’ailleurs… Oui, tu aurais dû refuser.

VRAIMENT.





La tenue de notre petite Sôh avec un tissus couvrant son décoleté absent:
MISSION SOH-MON arrêt de travail Qfel

Halloween
MISSION SOH-MON arrêt de travail NjTbuOEMISSION SOH-MON arrêt de travail 8Y1xuul



Dernière édition par Sôh-Mon Dod'Ousse le Mer 13 Mai - 15:32, édité 1 fois


_________________

MISSION SOH-MON arrêt de travail 83wn

MISSION SOH-MON arrêt de travail

Ecrit le le Mer 13 Mai - 15:31
Divine Voice
Divine Voice
Messages : 268
Featuring : DV by Yui
Fate's Master
Le membre 'Sôh-Mon Dod'Ousse' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Dé d'objets' :
MISSION SOH-MON arrêt de travail 8khe

MISSION SOH-MON arrêt de travail

Ecrit le le Lun 25 Mai - 3:12
Sôh-Mon Dod'Ousse
Sôh-Mon Dod'Ousse
Messages : 324
Featuring : Solomon (Magi)
Classe Astra

arrêt de travail





Un tout petit service… Tu aurais peut-être dû y repenser à deux fois avant d’accepter cette bourse d’or ! Raïmon, le soldat briseur de cœur t’avait offert de quoi te payer un copieux repas… De ce qu’il t’avait expliqué, ‘’une jeune fille ne devait pas être aussi maigre, un bébé ne survivrait pas face à ces réserves si minces de graisse’’. Tu n’avais pas compris face à son allusion quant à ton manque de poitrine… Et tant mieux. Cette bourse, tu ne l’utiliseras sans doute pas pour te nourrir, être étudiant te permettait déjà de dormir et de manger de manière plus que suffisante. Non, cet argent serait utilisé de manière réfléchie, et si possible pour les autres.

Allongé dans ton lit face à la fenêtre de ta chambre toujours aussi vide de camarades, tu observas les arbres se mouver au rythme du vent. Tu ne pu t’empêcher de penser à cette Fameuse grand-mère qui t’avais offert le couvert généreusement (ça et une nuit cauchemardesque, suivit d’une presque indigestion). Pour pouvoir te racheter auprès de Kila, et peut-être un jour devenir un véritable prêtre de Kila et de Soma, tu te devais d’aider ton prochain et de veiller au bien-être des autres.

« Hmm… »

Fatigué par la nuit que tu avais passé suite au rêve que tu avais fais en plein milieu de la nuit, tu fini par te lever, légèrement cerné. Tu avais du temps avant le rendez-vous que tu avais avec ton ami Raïmon, alors tu te dirigeas vers ton bureau, tira un tiroir et saisi ton nécessaire à dessin. Assit à même le sol, face à la fenêtre, tu te concentras… Inspira… Et intima à la boule qui se formait dans ton ventre de disparaître. Tu avais peur de ne pas te souvenir…


« Aller… »


Un trait… Deux…




Après trois tentatives ratées, tu soupiras bruyamment une nouvelle fois et referma brusquement ton carnet. Tu n’en étais toujours pas capable, quelle honte… Dessiner le visage de ta petite sœur grâce à tes souvenirs.
Plus le temps passait, et plus les vestiges de sa présence se faisaient plus minces et fragiles. Tu ne te souvenais que de son joli petit sourire, de ses cheveux aussi bleus que les tiens, et du son adorable de son rire. Pas suffisant pour en faire un dessin.

FLASH-BACK



« Grand-frère Sosooo ! Encoore ! »


Deux enfants aux cheveux bleus se trouvant non loin de leur orphelinat s’amusaient joyeusement. Le plus grand des deux, un garçon (même s’il était réellement difficile de l’affirmer à ses traits efféminés et ses longs cheveux) créait des formes animales grâce à … de l’eau. Et sans aucun usage de tome magique. Incroyable n’est-ce pas ?... Mais pas pour ces enfants. La plus petite riait à gorge déployé pendant que son frère aîné jouait aux marionnettes avec ses formes animales.

FIN FLASH-BACK


« J’espère que si je devais te croiser un jour… Je serai capable de te reconnaître Eanhos. »

Après une prière à Kila et Soma, et quelques larmes ravalées, tu soufflas doucement, enfilas tes habits et attrapa ton tome d’eau en prenant soin de remettre dans un coin de ton esprit ce souvenir que tu avais eu de ton enfance en commun avec ta cadette.
Tu avais eu le temps de prendre ta douche tôt ce matin grâce à cette nuit courte. Le point positif, c’est que tu n’aurais aucun retard à ton rendez-vous. En passant devant le lieu de culte de Kila, tu te rappela des habitudes que tu avais lorsque tu étai encore curé à Tharas. Comme par exemple prier à chaque entrée dans le temple.

Non loin de la taverne et du marché de Calion, tu cherchais activement Raïmon du regard. Le trouver fut chose facile, il ne portait pas son casque mais le reste de son armure, ce qui le faisait clairement dénoter avec les marchands présents affairés à préparer leurs stands. Dès que tu aperçu celui que tu considérais depuis quelques jours comme un ami, tu trottinas joyeusement jusqu'à lui en faisant quelques signes de la main, un grand sourire aux lèvres.

Et tu avais de quoi être heureux ! Tu avais résolu un problème épineux qui touchait une partie des soldats Uxyiens présents à Calion. Raï semblait plus apaisé depuis votre discussion, et c’était peut-être ce qui te rendait le plus en joie...
Les salutations échangées (ou du moins, Raï t’avais salué et traitée d’impolie pour ne pas l’avoir fait en première), tu remarquas le regard lourd du plus vieux sur ton corps, et celui d’un jeune homme… Ressemblant à Raï comme deux gouttes d’eau ! Les mêmes yeux vert-dorés, même cheveux blancs, et même peau mate… Un fils ?? Ton ami ne te laissa pas le temps d'exprimer ta surprise qu'il te jeta la sienne au visage.

Oups... C'est vrai, tu portais tes vêtements habituels... Raï devait avoir l'impression de voir une petite Soh transformée en garçon. Enfin, pour toi le changement devait être incroyable... Cependant, la seule chose qui lui avait réellement indiqué ton sexe, c'était ton décolleté ouvert sur tes pectoraux d'homme. Il n'y avait là nulle trace de poitrine féminine...

« QU'EST-CE QUE- ... TU... Non... Tu es le grand frère de Soh ?

-... Euh... Raté...

-Bien-sûr, tu lui ressemble bien trop ! À moins que tu ne sois... son frère jumeau ?!

-... Toujours pas... écoute, désolé, Maria était persuadé qu'en te faisant croire que j'étais une fille, tu m'accepterai plus facilement et-

- AH !! Parce que c'est une idée de cette morue de-... Ahem. Bien. Ce n'est rien. Mais c'est dramatique pour mon adorable neveu ! Je comptais vous présenter dans l'espoir de le voir s'intéresser à autre chose qu'au commerce qu'il a avec sa mère... »


Oui, tu avais remarqué que ce jeune inconnu semblait ne pas être heureux de cette rencontre. Il soupirait sans cesse, et avait du mal à quitter e marché des yeux. Il ne devait vraiment pas être intéressé. Rien de choquant pour toi, car tu préférais également te consacrer à Kila et Soma, plutôt que chercher le grand amour. Pas que tu n'y croyais pas, mais... Tu ne te sentais pas prêt à t'intéresser à la gente féminine, elle t'impressionnait toujours autant.

« Désolé... J'm'appelle Sôh-Mon Dod'Ousse. Et-

-... Saumon ? Comme le poisson ?

- ...Non...

-Pff... Tu veux dire que... C'est... TON VRAI NOM ?! Pfouahahahahaha[...]

-...»


Comme d'ordinaire, ton précieux prénom était moqué, mais tu n'en tiendrais pas rigueur au soldat. Tu ne lui avais pas dit toute la vérité alors qu'il t'avait offert son amitié. C'était maintenant chose faite, mais ça ne réparait pas ton mensonge, alors... Soit, tu allais prendre sur toi.

« Je t'en prie, excuse mon oncle, il est...

-Pas grave... Je peux bien pardonner un vieux dégarni du troisième âge. »


Ahem... Oui, tu prenais sur toi. C'est que Raï en rajoutait en criant à qui voulait l'entendre aux alentours que tu portais un nom de poisson. Ha ha ha. Oui, tu étais susceptible aujourd'hui, peut-être ton manque de sommeil. Quoi qu'il en soit, tu choisi d'ignorer l'homme qui s'était éloigner pour dire à un vendeur de bouclier à quel point ton prénom était ridicule.

Le jeune inconnu, qui se présentait comme étant Leimarh, le neveu de Raïmon, t'expliqua , amusé, qu'il possédait avec sa mère un stand de potion non loin d'ici. Son père était médecin, et sa mère soigneuse. Ce qui expliquait sa grande connaissance dans les potions en tout genre. Depuis que tu avais dévoilé ton identité, Leimarh manifestait beaucoup plus d'intérêt pour ta personne. Rien d'étonnant, lorsque l'on connaissait ses préférences... Sentimentales. Comme d'ordinaire, n'étant en rien attentif à ce genre de détails, tu pris le temps de t'excuser du dérangement. Excuses que Leimarh balaya de la main. Finalement, il avait bien fait de céder au caprice de son oncle qui ne voulait pas comprendre que les femmes ne lui inspirait...rien. Il avait été agréablement surpris du revirement de situation ! Une ennuyeuse jeune femme céder la place à un garçon des plus séduisants !

Tout en te grattant la nuque, tu défis un peu ta natte aux mèches bleues, offrant un joli spectacle au jeune homme sans même le savoir.

« Ah ! Raï a dit que tu tenais un stand d'herbes et de potions avec ta mère ? Est-ce que je pourrai jeter un oeil sur votre marchandise ?

-Bien sûr , ça serait avec plaisir, ce n'est pas tous les jours que je peux parler de mes passions avec un ami ! Viens ! »


C'est tout heureux, et plein de légèreté que tu suivi un autre nouvel ami, impatient de pouvoir trouver des plantes peut-être rare. Ou même des parchemins de recettes !

Quant à Raïmon, il s'était amusé du prénom de sa jeune amie qui se révélait être un jeune homme... Mais il avait déjà décidé de ne pas t'en vouloir à ce sujet. Ni à Maria. Après tout, elle ne connaissait de lui que ce qu'il acceptait de montrer à ses collègues : Un homme à femmes pas très travailleur... Alors que... Certes ! Il aimait énormément une très grande partie de la gente féminine... Mais pas au point de tenter de réellement mettre le grappin sur une jeune femme aussi jeune, jeune femme qu'il pensait que tu étais (et puis, tu n'avais pas les formes où il fallait malgré ton joli minois, et maintenant il comprenait pourquoi). C'est ainsi qu'il avait plutôt pensé à son neveu qui n'avait d'après lui, jamais connu l'amour... Ou quoi que ce soit d'autre.

Pendant toute la matinée, tu découvris les marchandises de Leimarh et sa mère, tout en aidant à tenir le stand. Pour te remercier de ta gentillesse, la mère et le fils t'offrirent une belle fiole de la mixture qu'ils vendaient le plus cher en ce moment. Une bouteille d'antidote.
Tu avais accepté le cadeau avec joie, comme si celui-ci représentait la première amitié avec un jeune de ton âge dans les murs de l'Académie de Calion.
Un peu après la pause déjeuner, la mère poussa son fils à "lâcher l'affaire pour le moment" (elle sous entendait à peine à son fils d'arrêter de flirter et de te faire les yeux doux -car celle-ci connaissait bien évidemment l'orientation sexuelle de son fils, contrairement à Raï-). Leimarh t'avais gentiment salué, et invité à repasser à n'importe quel moment pour lui rendre visite.

De retour vers l'aile destinée aux étudiants, et après avoir profité des activités offertes par Calion, tu pris le temps d'observer les paysages, de penser à Kila et Soma, et ce à quoi pouvait bien ressembler Uxy et Nael avant tout conflit, avec pour seuls habitants, les dragons, tout en te dirigeant vers la bibliothèque de l'école. Tu avais à peine pu feuilleter quelques ouvrages... Alors tant que les cours n'ouvraient pas, tu allais t'abreuver de savoir ! Enfin... Tu essayas. Car, avant d'avoir pu pousser la lourde porte de la grande bibliothèque, une tornade te tomba dessus, te faisant sauter au plafond tant tu avais eu peur...
Une jeune femme, un peu plus âgée que toi, te serrais à t'en casser les côtes contre sa poi... SA...

« ... Saumon ? Ne tourne pas de l'oeil !! »

Tu aimerais bien... Encore faudrait-il qu'elle cesse de te coller autant sans aucune once de pudeur... Rouge comme une pivoine, tu ventilais à peine tant ta proximité avec la jeune femme te mettais mal à l'aise.
Il s'agissait de Maria bien sûr... Sans que tu ne puisses piper mot, elle t'amena contre ton gré à l'extérieur, tout en t'expliquant que votre plan avait fonctionné, que Raïmon avait fait une annonce retentissante dans la matinée, remobilisant les soldats qui avaient prit son parti au tout début de leur arrêt de travail. Il semblait avoir ce talent pour mener...

« ET PUIS LA !! Qu'est-ce que c'était beau ! J'ai même vu mon chef lâcher une larmichette ! Je sais pas ce que tu lui as fais mais... D'ailleurs le chef te cherches !! »

Comme elle en avait l'habitude, elle te secoua en te déballant beaucoup de paroles à la seconde. Heureusement, ton instinct de survie étant activé, tu avais capté quelques mots : Chef, te cherches, vite, préau, urgent.

Il ne t'en fallu pas plus pour que tu la quitte en prenant tes jambes à ton cou. Encore un peu stressé par cette confrontation, tu retrouva le chemin du préau au bout de 30 longues minutes à tourner incessamment dans le même secteur de l'Académie.
En t'apercevant, le soldat qui t'avais confié cette précieuse requête te fit signe d'approcher, l'air à la fois soulagé, prêt à croquer la vie à pleine dents, et bien occupé.

« Le chantier a repris ce matin ! C’est un miracle ! Serais-tu un envoyé de Kila ? Haha, quoi qu’il en soit, je te remercie toi et ta sœur jumelle !

-Euh…

-Je tiens à vous récompenser comme il se doit ! Sans vous, nous aurions des retards beaucoup plus importants, et nous ne pouvons pas nous le permettre. La Reine, et le Prince en aurait été terriblement déçus. D’autant plus que… L’Empire est également commanditaire du chantier... Bref. Voilà pour toi. Tu en donneras à ta sœur aussi. Et maintenant, j’ai beaucoup à faire ! File ! »

Et depuis ce jour, certains soldats étaient persuadés que Sôh-Mon avait une sœur jumelle, du nom de Soh Dod'Ousse. ~> À suivre

Halloween
MISSION SOH-MON arrêt de travail NjTbuOEMISSION SOH-MON arrêt de travail 8Y1xuul


_________________

MISSION SOH-MON arrêt de travail 83wn

MISSION SOH-MON arrêt de travail

Ecrit le
Contenu sponsorisé
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

    La date/heure actuelle est Jeu 1 Oct - 23:10